• Au bout de mes rêves

    Article et graphisme d'Ey@el

    Available in English

    Cliquer sur l'image pour l'agrandir

    Souvent mes textes et légendes s'inspirent des graphismes que je crée, guidée par mon subconscient. Je sais rarement où je vais lorsque je commence à composer une image. Et j'adore tellement ce côté très excitant de la création où l'on se surprend soi-même sans trop savoir où cela va mener au final. Une fois n'étant pas coutume, cette composition est donc le fruit d'un effort conscient d'exprimer visuellement un rêve que j'ai fait récemment et qui m'a beaucoup marquée.

    Mon rêve

    Au départ, je me trouvais seule sur le pont d'un chalutier en pleine mer démontée sous un ciel de plomb sans horizon. Scène de déluge quasi-apocalyptique style En Pleine Tempête avec George Clooney. Je devais m'accrocher tant bien que mal à la rambarde pour ne pas être emportée tout en m'efforçant de maintenir le cap (n'est pas Florence Arthaud qui veut, même en rêve !). Au bout d'un certain temps, lasse d'appeler à l'aide sans réponse, j'ai fini par faiblir et une lame m'a faite basculer par-dessus bord à l'instant précis où le bateau sombrait, englouti par les flots tourmentés. Des cygnes sauvages, d'abord noirs puis blancs par la suite, virevoltaient au-dessus de moi. L'un d'eux m'a saisie avec son bec et m'a soulevée hors de l'eau... avant de me relâcher. Plouf ! Non, ne jurez pas : au lieu de replonger vers une noyade certaine, je me suis surprise à voler. Comme Peter Pan ! De grandes ailes blanches m'étaient poussées. Je crois que c'est à ce moment-là que les cygnes d'abord noirs, comme je l'ai mentionné, sont devenus blancs.

    Les archétypes et leur signification

    Je ne suis pas encore trop sûre de la signification de ce rêve mais elle me semble très positive en rapport avec les tourments dont je fais actuellement l'expérience dans ma vie d'éveil. Message d'autant plus pertinent que dans mon thème astrologique de naissance, mon point névralgique réside au niveau de ma Lune en Bélier reliée en trigone de feu à Mars en Sagittaire et en quadrature à Jupiter angulaire en Cancer (signe lunaire), indice d'une grande puissance émotionnelle explosive à maitriser. Point sensible donc que les transits lourds de Pluton et d'Uranus, et plus récemment de Saturne, semblent avoir mis à vif.

    D'après le merveilleux livre des rêves et des symboles de Betty Bethards dont j'ai souvent parlé (voir Articles connexes), l'océan représenterait « la mer de la vie, une énergie émotive considérable à respecter et à utiliser de façon judicieuse. La source de [notre] énergie vitale. Être perdu en mer, c'est être submergé par ses émotions. »

    La tempête serait assimilable à « un déluge émotionnel ; au déroulement de nombreuses transformations intérieures ; un nettoyage, une purification. Les émotions, les peurs, les angoisses refoulées font surface. La frustration est évacuée. Tout parait plus sombre avant la tempête. Après l'éclaircie, on se sent revivre. »

    Le bateau quant à lui serait le « soi émotionnel. Tant que l'on est à la barre, on contrôle. Lorsque le bateau sombre, on permet à ses émotions de prendre le dessus et il faut donc identifier ce qui nous plombe dans notre vie d'éveil. En pratiquant l'introspection et en opérant des choix positifs, il est possible de transformer ces trips émotionnels négatifs. »

    Enfin, le cygne est un symbole de « beauté, de grâce, de pureté ; d'aptitude à glisser sur les eaux de [nos] émotions tout en s'élevant vers de nouveaux horizons. Perception, liberté, quiétude de l'âme. Dépassement des émotions. Si le cygne est noir, il est question du mystère de l'inconnu ; de l'attrait que l'on ne comprend pas encore. »

    Les ailes, vous l'aurez deviné, représentent « la liberté. L'ascension vers de nouveaux sommets. L'absence de limites. Par l'éveil de la conscience spirituelle, il n'y a rien que l'on ne puisse accomplir. »

    Et le blanc, bien entendu, la couleur de « la vérité, la pureté ».

    J'irai au bout de mes rêves
    Où la raison s'achève.
    Tout au bout de mes rêves.

     "Au bout de mes rêves", Jean-Jacques Goldman (1982)

    Voilà, j'espère que cette auto-analyse des messages de mon inconscient vous donnera envie de vous intéresser à vos propres aventures oniriques. Votre vie nocturne est tout aussi précieuse que votre vie diurne, pourquoi la négliger ? Si vous saviez le nombre de bonnes décisions que m'ont permis de prendre mes rêves !

    Ey@el

    Sources

    • "Lace" de Faestock
    • "Shipwreck Cove" de Suzanne Helmigh
    • Autres éléments graphiques de sources diverses
    • The Dream Book: Symbols For Self-Understanding, Betty Bethards, Element Books Inc., 1995

    Articles connexes

    La reproduction du contenu de ce billet est strictement interdite.
    © lapensinemutine.eklablog.com. Tous droits réservés.

    Haut de page

    Bas de page

    « Des scientifiques apprennent comment enregistrer vos rêves pour vous les repasserDu solide pour la douche »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 18 Février 2016 à 11:21

    L'analyse est passionnante et le graphisme magnifique.

      • Jeudi 18 Février 2016 à 13:56

        Merci. Ce rêve m'a redonné envie de me battre parce qu'il me confirme que cette fois-ci ce sera différent.

    2
    faisonscourt
    Vendredi 19 Février 2016 à 06:27

    En plus de ton texte,  j'ai été lire les articles connexes et j'ai été passionné ! Merci

    3
    Vendredi 19 Février 2016 à 20:31

    Ah !!! les rêves !! les miens m'épuisent en ce moment, c'est toujours la même chose, je me suis débarrassée de mes problèmes dans la vraie vie mais ils sont toujours là la nuit ! pffff !

    le tien était beau en tout cas ! ;) 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :